ALAIN JUPPE.com__________________________________________

WORDPRESS@CTUALITE.Pour servir l'intérêt général et l'espoir d'un nouveau combat... pour la Terre et pour les hommes Alain Juppé.

14 juillet 2010

BORDEAUX:PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO

logo_bordeauxU
Le Port de la Lune à l'UNESCOenvoyé par villedebordeaux.


Bordeaux, Patrimoine Mondial de l'Unesco


Le 28 juin 2007, l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a inscrit Bordeaux, Port de la Lune, sur la liste du Patrimoine mondial au titre d’Ensemble urbain exceptionnel. La distinction de ce vaste périmètre de 1810 hectares est une première. La Commission du Patrimoine mondial de l'Unesco n'avait encore jamais honoré un ensemble urbain de cette ampleur.

L'entrée de Bordeaux sur la prestigieuse liste du Patrimoine mondial, aux cotés de plus de 800 sites à travers le monde, distingués pour leur "valeur universelle exceptionnelle", est le fruit d'un travail entamé en 2003 par la Ville, en concertation avec ses partenaires locaux, l’Etat et les différentes instances nationales et internationales.


bordeaux_port_lune_472124


L'inscription au Patrimoine mondial

bordeaux_1

Unesco_carte_v3

Bordeaux est le premier ensemble urbain, sur un périmètre aussi vaste et complexe, distingué par la Commission du Patrimoine mondial de l'Unesco depuis sa création, en 1976. Ce sont en effet 1810 hectares, des 4455 que compte la ville, qui ont été inscrits sur la liste du Patrimoine mondial en juin 2007. Ce secteur préservé est entouré d'une zone dite d'attention patrimoniale, d’une surface de 3725 hectares. Les tracés de ces deux périmètres s’appuient sur le Plan local d’urbanisme (PLU) en vigueur.

Etre inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco n’implique aucune obligation autre que celles imposées par les règlements d'urbanismes et n’apporte aucun financement direct à la préservation ou à la valorisation des biens concernés. Toutefois, Bordeaux devra répondre aux exigences de l’Unesco en terme de préservation et de transmission aux générations futures de toutes les composantes de l’identité bordelaise : un patrimoine architectural et immatériel exceptionnel.


Le secteur inscrit au patrimoine mondial

B

Le périmètre inscrit au Patrimoine mondial, entre Garonne et boulevards comprend le port de la lune et s’étend, du nord au sud le long du fleuve, du quai de Bacalan à celui de Paludate, incluant les bassins à flot et le pont de pierre. Il englobe la quasi-totalité de Bordeaux à l'intérieur des boulevards, à l’exception du quartier situé au delà de la gare Saint Jean, entre les voies ferrées et le boulevard Jean-Jacques Bosc.

A l’intérieur des terres, en partant du Sud, le périmètre inclut la rue Charles-Domercq, la gare et se prolonge au sud-ouest, le long de la rue Amédée-Saint-Germain jusqu’aux boulevards, qu'il emprunte vers le Nord jusqu’au boulevard Albert Brandenburg.

Ainsi délimité, cet ensemble urbain est constitué d'une mosaïque de quartiers dotés d'identités particulières, qui assure la continuité urbaine de la ville.


Une zone d'attention patrimoniale

Autour du périmètre inscrit au Patrimoine mondial, une zone d’attention patrimoniale, ou zone tampon, assure l’articulation entre la ville centre et les communes limitrophes.

Ce territoire inclut toute la rive droite de Bordeaux, c'est-à-dire le quartier de la Bastide qui, sur plus de 500 hectares, offre un paysage largement végétal, et, pour parties, les communes de Floirac, de Cenon et de Lormont.

Sur la rive gauche, la zone tampon suit le tracé de la voie ferrée de ceinture. Elle inclut des éléments et des ensembles de grand intérêt tel que le Parc Bordelais ou le quartier Lescure. De ce côté de la Garonne, la zone d'attention patrimoniale concerne, hors Bordeaux, les communes de Talence, de Pessac, de Mérignac, du Bouscat et de Bruges.

Le dessin de la zone d'attention patrimoniale est susceptible d'évoluer dans les prochaines années, en concertation avec les différents acteurs concernés (Unesco, ville de Bordeaux, communes de la zone d'attention patrimoniale, Commission municipale du Patrimoine mondial, etc.).


Le suivi de la mise en valeur de Bordeaux


bordeaux

S'engager à préserver et à transmettre
un patrimoine bâti et immatériel exceptionnel

Etre classé au titre du patrimoine mondial n’est pas une fin en soi. L’Unesco demande aujourd’hui aux candidats à cette distinction prestigieuse, de s’engager à préserver et à transmettre aux générations futures un patrimoine bâti et immatériel exceptionnel et à se doter des moyens humains, juridiques et financiers de le faire. C’est l’objet du Plan de gestion du patrimoine mondial, dont la Commission, créée par la Ville en avril 2007, est garante. La gestion du patrimoine suppose de concilier plusieurs exigences complémentaires : la conservation du patrimoine, le développement économique et social, la mise en valeur du patrimoine historique et de la culture vivante, comme la qualité de vie des bordelais.

Le plan de gestion est donc évolutif. Il comprend des éléments réglementaires, tels que le plan local d’urbanisme, le règlement du secteur sauvegardé, la protection au titre des monuments historiques. Il contient aussi les éléments fondateurs de l’identité bordelaise. Les oeuvres d'art voisinent aux côtés de l'histoire, avec l'art de vivre, dont font bien sûr partie la gastronomie ou la culture du vin. C'est encore la spécificité de Bordeaux comme Patrimoine mondial : un patrimoine historique ou contemporain, architectural ou végétal, consensuel ou contesté, dans une continuité urbaine homogène sans rupture depuis plus de deux siècles.


La commission du Patrimoine mondial


saint_michel2

Les membres de la Commission du Patrimoine
mondial se réunissent au moins deux fois par an
sous la présidence du Maire

La Commission du Patrimoine mondial, créée par délibération du conseil municipal lors de la séance du 30 avril 2007, est le garant de l’application du plan de gestion du périmètre inscrit au Patrimoine Mondial. Les membres de la Commission du Patrimoine Mondial se réunissent au moins deux fois par an sous la présidence du Maire. Elle comprend les adjoints au maire dont la délégation est liée au patrimoine ainsi que leurs services, des représentants du Ministère de la Culture (DRAC, ABF), le président de la CUB ou son représentant, des services associés (CUB, agence d’urbanisme, …), des personnalités qualifiées (historiens, architectes, …), ainsi que des représentants des corps consulaires (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers, …) et des représentants d’associations oeuvrant dans l’environnement patrimonial bordelais. Ponctuellement, d’autres personnalités peuvent être associés aux travaux de cette assemblée en fonction des dossiers traités.

La Commission a également une mission de suivi des actions entreprises sur le bien. Elle contribue, notamment, à l’élaboration du rapport périodique que l’Unesco demande tous les cinq ans aux états membres sur la gestion des sites inscrits au Patrimoine Mondial.
Ce rapport argumenté permet à l’Unesco de statuer sur la qualité de gestion, ses évolutions, ses mutations et de décider si la ville mérite toujours ou non d’avoir cette distinction.


Trois questions à ... Alain Juppé, maire de Bordeaux

Alain Juppé, maire de Bordeaux © DR

Bordeaux a engagé, il y a 12 ans, un projet de requalification urbaine unanimement salué aujourd'hui et qui lui a valu d'être classée par l'Unesco en 2007 pour la qualité de son patrimoine. Comment concilie-t-on la valorisation d'un patrimoine ancien et modernisation urbaine ?
AJ - Ces deux objectifs ne me semblent pas contradictoires. Compte tenu de la richesse patrimoniale de Bordeaux, il était impensable de ne pas faire de sa mise en valeur une priorité forte : d'où le plan lumière, la campagne de ravalement, la requalification des espaces publics comme la place de la Comédie ou la place Pey Berland, l'aménagement des quais. Mais, dans le même temps, je ne voulais pas d'une ville musée : d'où le tramway avec son système innovant d'alimentation par le sol qui évite tout système aérien inélégant dans le centre historique. Et puis aussi l'aménagement de la rive droite et la Zac Bastide qui replacent ces quartiers au centre de la ville où ils apportent de la modernité.

La transformation de la ville se poursuit. Quels sont les grands projets aujourd'hui et que sera Bordeaux demain ?
AJ -
Si je voulais résumer notre nouveau projet urbain, j'utiliserais l'image de l'axe ou du croissant. J'entends par là les espaces à urbaniser qui se succèdent du Lac aux bassins à flot puis sur la rive droite au débouché du pont Bacalan Bastide, sur la nouvelle Zac Bastide Niel puis, en parallèle, la Garonne, remontant jusqu'au secteur Deschamps, au pont Jean Jacques Bosc et enfin dans le secteur de la gare.
La gare de Bordeaux sera dans 10/12 ans au cœur d'une toile de TGV qui nous mettra à 2 heures de Paris, 1 h de Toulouse, 1 h 30 de Bilbao. Ce secteur accueillera 10 000 logements, 30 000 habitants et un centre international de tertiaire supérieur que nous baptisons Euratlantique. C'est ainsi que Bordeaux pourra se hisser au rang de métropole européenne.

Les Sem comme BMA ou InCité jouent un rôle important dans la politique de transformation urbaine. Comment estimez-vous la pertinence des Sem dans la mise en œuvre d'un projet aussi ambitieux que celui que vous portez sur Bordeaux ?
AJ -
Les Sem sont des partenaires de projet. Sur la base d'un objectif politique dans un cadre contractuel, elles offrent la possibilité de mettre en œuvre avec souplesse et efficacité différents dispositifs d'action (études, négociation foncière, portage foncier, restructuration d'immeubles ou d'îlots, relogement, incitation ou déclenchement de l'action de propriétaires privés). Avec InCité, nous requalifions ainsi le centre historique pour offrir un habitat contemporain dans un patrimoine préservé. 2 000 logements seront réhabilités d'ici 2010. Ces logements sont plus grands et confortables, en locatif à loyer maîtrisé ou libre, ou en accession. Nous luttons contre les logements indignes et insalubres tout en maintenant dans leurs quartiers les habitants qui le souhaitent, nous démolissons ponctuellement le bâti trop dense pour créer des jardins en cœur d'îlots et offrir un nouveau confort dans la ville. Mais nous avons aussi des territoires nouveaux où les Sem peuvent agir efficacement : Bastide II avec BMA et demain Euratlantique.

Propos recueillis par Pierre Magnetto/Naja


Voir aussi

logo_bordeauxU

Posté par JUPPE2010 à 12:01 - BORDEAUX/UNESCO - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

soutenez Otages du Monde