ALAIN JUPPE.com__________________________________________

WORDPRESS@CTUALITE.Pour servir l'intérêt général et l'espoir d'un nouveau combat... pour la Terre et pour les hommes Alain Juppé.

23 avril 2010

ENTRETIEN: "Servir l'intérêt général" A.Juppé

Préambule:

Après avoir été l'un des plus proches collaborateurs de Jacques Chirac à la mairie de Paris, Alain Juppé gagne ses premiers galons de ministre dans les années 1980, au Budget, puis aux Affaires étrangères. Premier ministre entre 1995 et 1997, il devra quitter Matignon après la dissolution de l'Assemblée nationale et la victoire de la gauche aux législatives. Elu maire de Bordeaux dans la même période, il siège aussi à l'Assemblée nationale à partir de 1997. Considéré comme "le meilleur d'entre nous" par Jacques Chirac, il sera par ailleurs l'un des fondateurs de l'UMP, qu'il présidera jusqu'en 2004, date à laquelle il cède sa place à Nicolas Sarkozy.

Après la présidentielle de 2007, Alain Juppé obtient le tout nouveau portefeuille de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables créé par Nicolas Sarkozy. Un ministère qu'il quittera après seulement un mois d'exercice et une défaite aux législatives. Réélu maire de Bordeaux dès le premier tour des municipales en 2008, il est resté l'une des principales voix de la droite en France, tout en souhaitant conserver sa liberté de parole. S'avouant sceptique vis-à-vis de la "rupture", il a récemment évoqué une possible candidature dans le cas où Nicolas Sarkozy renoncerait en 2012.

Pour voir l'intégralité du chat avec Alain Juppé cliquez sur:

http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/en-savoir-plus.shtml

Transcription du chat :

Examen de la loi "Grenelle 2", taxe carbone, éoliennes, mais aussi retraites, bouclier fiscal et présidentielle 2012. Le maire de Bordeaux Alain Juppé était l'invité du chat L'Internaute-Journal du Net. Il a répondu aux questions des lecteurs et de la rédaction.

Environnement:

Alors que va commencer l'examen du projet de loi dit "Grenelle 2", on sent les députés UMP de plus en plus sceptiques. Qu'en est-il ?

A.J: "Il y a des militants du développement durable à l'UMP."

Sceptiques, les députés UMP vis-à-vis du projet de loi Grenelle 2 ? Pour Alain Juppé, "la grande majorité du groupe UMP" est au contraire "favorable à ce texte et certains sont même des militants du développement durable". "Il y en a d'autres qui ont des réticences", reconnait l'ancien ministre de l'Environnement, mais : "C'est ça la démocratie". "On ne peut pas partir sur un texte figé et il est normal qu'il puisse évoluer". Alain Juppé estime par ailleurs qu'il n'y a aucune raison d'être "déçu" du Grenelle dans son ensemble, qu'il a lancé en 2007, avant de quitter le gouvernement. "Beaucoup de mesures du Grenelle 1 sont déjà en vigueur comme le l'éco-prêt à taux 0." Et si certains "scientifiques" et "groupes d'intérêt" font monter une vague de climatoscepticisme, il faut rester "attentif" selon lui pour que le Grenelle 2 aille plus loin.

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/quid-du-grenelle.shtml


Taxe carbone :

La taxe carbone, qui vient d'être suspendue, était-elle vraiment juste ? Pourquoi privilégier l'industrie et les agriculteurs ?

A.J: "Je ne voudrais pas qu'elle soit différée indéfiniment..."

"J'ai soutenu Chantal Jouanno quand elle a regretté qu'elle soit suspendue." Voici comment Alain Juppé exprime sa position vis-à-vis de la taxe carbone à laquelle il adhère. Une position critiquée par certains lecteurs qui y voient une nouvelle taxe sur les citoyens modestes et non sur l'industrie polluante. "Ce n'est pas l'industrie qui dégage le plus de gaz à effet de serre, ce sont les transports et la maison", rétorque alors le maire de Bordeaux qui estime qu'il faut aussi protéger l'agriculture, la pêche et le monde rural qui sont "obligés" d'utiliser tracteurs, voitures et autres bateaux de pêche. Pour lui, il faut donc plutôt "faire évoluer les comportements" de chacun. Ce qui passe, à son sens, par la taxe carbone.

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/taxe-carbone.shtml

Eoliennes :

Que pense Alain Juppé du rapport Ollier qui veut durcir les règles d'implantation des éoliennes ?

A.J: "Je regrette qu'on soit aussi timides."

L'énergie éolienne fait débat à droite, où beaucoup de députés veulent en limiter le développement. Une démarche qu'Alain Juppé "regrette" : "On va priver la France d'une filière sur l'éolien alors que d'autres pays sont très avancés dans ce domaine". Pour l'ancien Premier ministre, les engagements de la France au niveau européen l'obligent à développer les énergies renouvelables. "Il faut qu'on soit performant sur tous ces domaines", pour le maire de Bordeaux qui insiste aussi sur l'opportunité en termes d'emploi : à Bordeaux un projet d'usine de fabrication de couronnes d'éoliennes pourrait créer 170 emplois. Il dénonce de même l'abandon forcé d'un projet photovoltaïque dans sa ville après la révision des tarifs de rachat de l'électricité par EDF.

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/eoliennes-le-debat.shtml

Grenelle 2 :

Pour donner un exemple de mesure concrète, que prévoit la loi Grenelle 2 pour la protection des abeilles ?

A.J: "Beaucoup de choses avancent..."

Quand une lectrice évoque le péril des abeilles en France et le danger qu'il représente pour la biodiversité, Alain Juppé jette un œil sur les mesures que prévoit la loi Grenelle 2, examinée au Parlement dans quelques jours. D'abord, il souligne "qu'on met des abeilles en milieu urbain", là où les pesticides sont moins nombreux. Mais "il est aussi très important des les défendre aussi en milieu rural". Pour ce faire, l'ancien Premier ministre souligne que le Grenelle prévoit "d'éliminer les phytosanitaires et les substances chimiques préoccupantes". Le texte du Grenelle 2 mentionne "l'adoption d'un plan pour préserver les polinisateurs sauvages". Alain Juppé évoque aussi la directive européenne Reach qui contrôle la propagation des produits chimiques.

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/le-peril-des-abeilles.shtml

Politique:

Comme Lionel Jospin, Alain Juppé pense-t-il avoir souffert d'un certain rejet des élites ? Comment expliquer ce rejet ?

A.J: "Avoir fait l'ENA, ce n'est pas un péché."

"Je ne sais pas si je suis brillant ou pas", répond, un peu gêné, Alain Juppé à la question d'un lecteur qui évoque la rupture entre le peuple et ses élites. Mais l'ancien Premier ministre, considéré il y a quelques années comme "le meilleur d'entre nous" par Jacques Chirac, reconnait tout de même ressentir ce "divorce". "Dommage", ajoute-t-il. "Tout pays a besoin d'une élite, d'être tiré par ceux qui sont les meilleurs." Alain Juppé pense que ses échecs sont un peu différents de ce divorce : "J'ai subi un échec en 1997 sur une question politique", affirme-t-il. Mais il revient à la charge : "On n'ose plus dire qu'on a fait l'ENA. Ce n'est pas un péché. On ne va pas s'excuser d'avoir fait l'Ena",  continue-t-il avec cette précision : "Ce qui ne veut pas dire qu'on ne respecte pas ceux qui ne l'on pas fait".

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/rejet-des-elites.shtml

Gouvernement :

Après les coups durs, Alain Juppé a-t-il songé à quitter la politique ? Et maintenant, veut-il revenir aux "affaires" ?

A.J: "J'aime la politique."

Après les défaites électorales ou lors de son exil canadien, Alain Juppé a-t-il pensé à se retirer de la politique ? "La question pouvait se poser et je me la suis posée", répond l'ancien Premier ministre qui dit tout de même rester fier de son travail, à la mairie du XVIIIe arrondissement de Paris, à Bordeaux, comme lors de son passage à Matignon, malgré la défaite de 1997. Il ajoute aussitôt : "J'aime la politique". Et de citer les réussites dont il est le plus fier à Bordeaux : le tramway, le développement du vélo et "la baisse de 30 % de la circulation automobile". Revenir au gouvernement n'est en revanche "pas à l'ordre du jour" pour Alain Juppé qui répète que tout "dépend du remaniement que le Président fera ou ne fera pas à l'automne prochain".

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/retour-au-gouvernement.shtml


Société:

A quoi ressemblera le club de réflexion qu'Alain Juppé a annoncé pour l'été ? Est-ce un nouveau courant divergent de l'UMP ?

A.J: "Servir l'intérêt général..."

"J'ai envie de travailler sur des questions de fond entre hommes de bonne volonté." C'est de cette manière qu'Alain Juppé justifie la création d'un "club de réflexion" cet été. Le fondateur de l'UMP veut "organiser une première session en juillet puis une autre dans la deuxième partie de l'année". Mais il précise, pour dissiper toute interprétation hâtive : "Je ne veux pas créer un parti nouveau, mais une boîte à idées". S'il garde le secret sur le nom du club et ses participants, il annonce le premier grand thème de réflexion : "Pourquoi les Français sont-ils le peuple le plus pessimiste d'Europe ? Celui qui a le plus peur de la mondialisation, des délocalisations, bref, de l'avenir ? Et surtout comment recréer les conditions de la confiance ?"

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/un-club-des-cet-ete.shtml

2012 :

Nicolas Sarkozy est-il toujours le candidat naturel de la droite en 2012 ? Quid des ambitions qui émergent à l'UMP ?

A.J: "Sûrement il y a eu des erreurs..."

"Je ne sais pas où en sera la cote de Nicolas Sarkozy en 2012", commence Alain Juppé quand on évoque la crise de confiance que subit le chef de l'Etat et les questions qu'elle suscite pour la présidentielle. "Je n'ai pas envie de participer à cette opération de dénigrement", ajoute-t-il. L'ancien Premier ministre souligne cependant : "Sûrement, il y a eu des erreurs", évoquant des ratés dans "le rythme des réformes et leur explication", notamment pour la réforme territoriale. Mais Alain Juppé ne veut pas "compliquer les choses". En rappelant sa propre position (candidat aux primaires si Nicolas Sarkozy renonce), il minimise les divisions et la montée des ambitions à l'UMP. "Qu'il y ait un peu d'ébullition, de controverse, est tout à fait normal."

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/quel-candidat-en-2012.shtml

Réforme des retraites :

Alors qu'une grande réforme se profile, va-t-on vraiment se diriger vers un allongement de l'âge légal de départ en retraite ?

A.J: "Arriver au consensus..."

Quand un lecteur l'interpelle sur "l'arnaque" de la réforme des retraites qui reviendra à faire travailler plus longtemps ceux qui ont, parfois, commencé  à travailler très jeunes, Alain Juppé réagit : "Où est l'arnaque ? Il faut, avant d'utiliser des mots comme ceux-ci, regarder les choses en face". L'ancien Premier ministre ajoute : "60 ans, ça a été fixé il y a quelques années. Depuis, on a gagné 6 mois d'espérance de vie tous les ans". Pour lui, "on ne pose pas la question dans les mêmes termes quand l'espérance de vie était de 65 ans et quand l'espérance de vie est de plus de 80 ans". Enfin : "Est-ce qu'à 60 ans tout le monde est fatigué ou obligé d'arrêter ?"

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/reforme-des-retraites.shtml

Bouclier fiscal :

Faut-il taxer les plus riches. Alors que la bouclier fiscal est en débat, quels aménagements propose Alain Juppé ?

A.J: "Je crois qu'il doit s'adapter..."

Sur le bouclier fiscal, Alain Juppé annonce n'avoir aucun problème de principe. Limiter à 50 % le niveau d'imposition, "cela ne me choque pas", lance l'ancien Premier ministre qui ajoute qu'il s'agit là d'une "bonne mesure". "Est-ce que pour autant ce bouclier fiscal doit être intangible, je ne crois pas", poursuit-il cependant : "Je crois qu'il doit s'adapter". Alain Juppé se dit principalement choqué par les "revenus exorbitants" qui font régulièrement la une des médias. Il évoque "stock-options, parachutes dorés, rémunérations des traders", qu'il faudrait mettre "en dehors" du bouclier. Le maire de Bordeaux est plus réservé sur l'ISF. Prenant exemple sur les défaites de la droite en 1988 et 1997, imputables selon lui à des réformes de ce dernier, il y voit un "débat explosif", mais qui "mérite réflexion". Il évoque par exemple la possibilité de retirer la résidence principale du calcul de l'Impôt sur la fortune.

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/bouclier-fiscal.shtml

Xynthia :

Comment Alain Juppé analyse-t-il les protestations des riverains des "zones noires" où les habitations doivent être détruites ?

A.J: "On doit trouver des solutions moins brutales."

Pour Alain Juppé, il n'y a pas que Ségolène Royal qui exprime sa solidarité avec les riverains des "zones noires" définies après la tempête Xynthia. Il soutient notamment la démarche de Jean-Louis Léonard, député UMP de Charente-Maritime, qui critique lui aussi la "brutalité" de la mesure gouvernementale qui prévoit la démolition de 1500 habitations. "Je comprends qu'il faille respecter les lois et appliquer le principe de précaution", tempère l'ancien chef de gouvernement. Mais prenant exemple sur ces "couples de 75 ans ou 80 ans" dont la maison est le résultat d'une vie, il livre sa pensée : "Avec un peu de concertation, on doit arriver à trouver des solutions un peu moins brutales".

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/xynthia-trop-de-precautions.shtml

Mesurent de précautions :

Au vu des blocages consécutifs au nuage de cendres venu d'Islande, les autorités ont-elles pris trop de précautions ?

A.J: "Qu'on prenne des précautions me semble une bonne chose..."

Après la polémique sur les vaccins anti-grippe A, mais aussi en plein débat sur les "zones noires" de la tempête Xynthia, le principe de précaution est encore malmené par le blocage des aéroports lors du passage du nuage de cendres islandais. Alain Juppé défend ce principe et estime que la crise aérienne a été bien gérée. "Imaginez 30 secondes qu'un avion ait pris son envol, qu'il ait traversé le nuage et qu'il ait eu un problème ?", interroge-t-il. "Ca aurait été une révolte incroyable, on aurait accusé le gouvernement." Pour lui, les précautions étaient nécessaires et "tous les pays du nord de l'Europe ont fait de même". Enfin, sur l'indemnisation des compagnies et des voyageurs bloqués, il est plus réservé : "Subventionner tout le monde, il y a des moments où il faut arrêter".

Voir en vidéo sur:http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/nuage-de-cendres.shtml

Alain Juppé en chat vidéo le mercredi 21 avril à 11 h

Réalisé par Benoit DESHAYES, photo Cécile DEBISE, Journal du Net http://www.journaldunet.com/magazine/alain-juppe-chat-avec-alain-juppe/

Et aussi sur L'Internaute

vignette 

"Nicolas Hulot en 2012 ? Pourquoi pas"

Avenir des Verts et d'Europe Ecologie, taxe carbone, 2012, tempête Xynthia, réforme des retraites... Le député-maire de Bègles a répondu aux questions des lecteurs.

douill picto video 150x100 

"J'ai envie de répondre à l'intérêt général"

L'ancien judoka devenu député UMP est candidat dans les Yvelines aux régionales. Il a répondu aux questions des lecteurs de L'Internaute et du Journal du Net.

voir sur:http://www.linternaute.com/actualite/chat/


Posté par JUPPE2010 à 10:11 - ENTRETIEN - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

soutenez Otages du Monde